brasdefer800

Retrouvailles gonflées

Ce week-end, les châteaux gonflables avaient envahi la salle polyvalente. A peine une petite dizaine d’année d’existence et cet événement wavrinois est déjà considéré comme un incontournable, les enfants sont conquis, ils l’adorent !

Faisant partie de la promotion 2016 des bénévoles ayant eu pour mission l’encadrement des jeux, je n’ai pu m’empêcher de graver dans ma mémoire bon nombre d’anecdotes inspirantes à vous partager. Je vais vous en raconter une qui –de prime abord- n’a rien d’exceptionnel mais qui m’a fait sourire tant cette scène transpirait la bienveillance.

Cette scène prenait place au beau milieu de la salle polyvalente ce dimanche après-midi vers 15h45, à l’apogée de l’affluence de cette belle fête. Matthieu et Jérémy ne s’étaient pas revus depuis une quinzaine d’années, leur chemin s’était séparé après avoir quitté ce bon vieux collège Léon Blum de Wavrin. A l’époque, il était improbable que les deux garçons gardent contact, ils ne s’appréciaient guère. Le premier était dans une classe composée d’intellectuels, l’autre était relégué dans les classes plus difficiles. Les seules choses qu’ils avaient partagées consistaient en une rivalité durant la fameuse épreuve sportive du cross du collège. L’un l’emportant sur l’autre à tour de rôle.

brasdefer500

Ce dimanche, les deux gamins devenus de jeunes trentenaires se sont recroisés. Après avoir dépassé son ancien rival de quelques mètres, Matthieu se retourna vers Jérémy, son visage affichant un froncement de sourcils, il avait déjà vu cet homme quelque part ! Un sentiment partagé par ce dernier qui s’était lui aussi retourné. Matthieu avait gagné en assurance depuis son adolescence, il n’hésita pas longtemps à s’approcher de l’autre homme et se montra aussi amical que familier :

• Matthieu : « Je me souviens de toi…Jérémy ! Wow dis-donc, tu es encore en vie ! »

• Jérémy : « Je peux dire pareil de toi, tu as déserté Wavrin depuis tout ce temps ? Je ne t’ai jamais revu, qu’es-tu devenu ? On dirait bien que tu as une petite famille sur les bras maintenant. »

• Matthieu : « Oui c’est exactement ça. J’ai quitté Wavrin pour Lille le temps de terminer ma longue scolarité et de me lancer en trouvant un bon job, ce qui n’a pas été facile. Le marketing, ce n’est pas pour moi, c’est dommage d’avoir mis autant de temps à m’en rendre compte. Je suis finalement revenu ici et j’ai la chance de partager une petite maison avec ma chère et tendre et nos deux bouts de chou qui crapahutent dans la piscine à boules. Et toi dis-moi, le terrible Jérémy qui faisait trembler toute ma classe à l’époque n’a plus l’air aussi terrible ! »

• Jérémy : « Je me suis bien calmé en effet. Quand j’y repense, je me sens un peu coupable d’avoir mené la vie dure aux grosses têtes du collège, mais je ne regrette pas cette époque. Mon tempérament un peu ‘rentre-dedans’ m’a pas mal aidé et j’ai aujourd’hui la chance d’être épanoui. Je travaille dans une menuiserie à mi-temps, le reste du temps je gère une boulangerie dont nous avons fait récemment l’acquisition ma femme et moi. Quant à mes gosses, ils ont l’air de s’amuser avec les tiens dans le même jeu. »

• Matthieu : « Eh bien, voilà qui est amusant, nos petits auront mis nettement moins de temps que nous pour sympathiser. »

• Jérémy : « Tu l’as dit mon vieux, allez viens, nos femmes les surveillent, je t’offre un verre pour me faire pardonner le passé. »

anous500

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


*