bidonbleu

Le petit bidon bleu

Petit bidon de plastique bleu,
Abandonné dans ce bras d’eau boueux,
Côtoyant les grands arbres du grand coin,
Que fais-tu donc, si mal en point ?

Devenu orphelin d’un égoïsme malsain,
Tu navigues seul et sans destin
Ta couleur vive dénature étrangement,
Mais est-ce ta faute si tu es cyan ?

Tu naquis pourtant de main humaine,
Pratique, ton utilisation devenait pérenne,
Pourquoi les hommes sont-ils si méchants,
Et que vas-tu devenir à présent ?

Dans ce serpent de rivière trop pollué,
Du regard des autres, te voilà désavoué,
Dans cette vase qui désormais t’envahit,
Est-ce l’ignorance qui te punit ?

Même les nombreux poissons t’ignorent,
Et les oiseaux n’ont guère de sympathie,
Ces quelques mouches qui te picorent,
Abri de larves, finiras-tu ainsi ?

Je suis devant toi, et je t’observe,
Insignifiant objet de dérision,
Je me persuade pour que tu serves,
Mais ai-je vraiment toute ma raison ?

Comme l’accordéoniste, on t’oubliera,
Et vague souvenirs tu laisseras,
A moins qu’une âme se sente investi.
T’accordera-t-elle cependant une nouvelle vie ?

J’aime à croire que tu ne périras pas esseulé,
Mais ma logique est sans compassion.
Je t’abandonne également, désappointé,
Pourrais-je te demander pardon ?

Mais tu n’as ni cœur, ni yeux,
Juste une enveloppe au corps poreux,
De ma plume, je te dis adieu,
Petit bidon de plastique bleu…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


*